Marie-Claire Séguin
Biographie - Marie-claire Séguin
Cours de chant et d'interprétation
Cours de chant et d'interprétation
Photographies - Marie-claire Séguin
Presse - Marie-Claire Séguin
Discographie - Marie-Claire Séguin
Bibliographie - Marie-claire Séguin
Contacts


 Biographie

Marie-Claire Séguin

Marie-Claire Séguin - Site officiel

Marie-Claire Séguin

Née au début des années cinquante, dans un quartier ouvrier de Pointe-aux-Trembles, Marie- Claire Séguin vit son enfance entourée de ses deux sœurs et de son frère jumeau. Elle s’initie, très tôt, à la musique. Elle a toujours eu, non loin d’elle un piano et, en plus, on chante beaucoup dans la famille. Le piano devient vite une partie d’elle-même qui lui permet d’explorer le monde.

De 1967 à 1971, elle chante avec son frère jumeau Richard. Il y a eu, tout d’abord, La Nouvelle Frontìère et Les Séguin ont suivi… Avec leur voix splendide, leurs textes percutants, leur anticonformisme sans violence, leur esprit contestataire et déroutant, ils sont devenus les chefs de file de toute une génération de Québécoises et de Québécois.

En 1975, Récolte de rêves, leur troisième album, est couronné de succès. Il est de fait considéré comme l’un des grands classiques de la chanson québécoise. Les chansons de Récolte de rêves unissent, font réfléchir et pacifient les esprits. Qui n’a pas écouté en boucle Les enfants d’un siècle fou? Un an plus tard, les Séguin donnent cependant leur dernier récital au Cinéma Outremont à Montréal et à l’Institut canadien à Québec. Leur carrière prend un tournant, l’aventure musicale continue mais, cette fois-ci, l’un sans l’autre…

En 1978, Marie-Claire lance un premier album éponyme et suit un spectacle acclamé unanimement par la critique et par le public. Durant la même année, elle enregistre une émission de télévision avec l’Orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Neil Chotem. Un an plus tard, elle enchaîne avec un deuxième album et, après avoir donné un spectacle au Théâtre Saint- Denis à Montréal, elle prend les routes du Québec et de la France. Elle partage, en plus, quelque temps, la scène avec Catherine Lara. Elle aura ainsi présenté plus de 400 spectacles en cinq ans…

En 1983 et en 1984, Marie-Claire chante au Festival des femmes de Winnipeg, participe aux grands spectacles lors de La Journée internationale des femmes. Elle crée, aussi durant la même période, le spectacle Du gramophone au laser avec Jean-Pierre Ferland, Louise Portal et Nanette Workman, spectacle qui sera repris au Théâtre Arlequin à Montréal, qui fera le tour du Québec et que Télé-Québec décide de diffuser.

Marie-Claire enregistre également, en 1985, pour les télévisions québécoise et française, un hommage à Félix Leclerc, intitulé Rêves à vendre. La critique applaudit la grande qualité de son interprétation et, à nouveau, Marie-Claire séduit tous et chacun. On le savait certes, mais on tient à le répéter, Marie-Claire Séguin est l’une des plus belles voix du Québec et de la francophonie.

L’automne d’ensuite, Minuit et quart, son troisième album, est chaudement accueilli. Marie- Claire remonte sur scène à Montréal, refait ses valises et reprend la route de La Belle Province.

En septembre 1987, elle est remarquée au premier Festival de la chanson québécoise de Saint-Malo en France et on la retrouve au Théâtre de la Ville à Paris en février 1988.

L’album Une femme, une planète, réalisé avec la complicité d’Alain Sauvageau et de Louis Valois, est, quant à lui, lancé à l’automne 1990.

Marie-Claire Séguin repart en tournée au Québec en 1993 et en 1994 avec son petit dernier, le spectacle Présence. Ses mots se mêlent à ceux de Félix Leclerc, de Richard Desjardins, d’Anne Sylvestre et de Gilles Vigneault. Pour ce spectacle, Marie-Claire est accompagnée du pianiste Paul Klosptock et de la violoncelliste Marie-Claude Simard. Entre le public et eux, tout est complicité : la tendresse des mots, la douceur des regards, les cœurs qui se touchent. Présenté à Montréal au Théâtre La Licorne, Présence connaît un vif succès, soit huit représentations à guichets fermés, soit des supplémentaires au Gesù, toujours à guichets fermés.

Un cinquième album live sera enregistré à La Licorne et une longue tournée sera faite, plus de 170 représentations, au Québec, dans les Maritimes, aux États-Unis (Boston, Manchester) et en France.

Depuis le début des années 1990, Marie-Claire développe une autre passion : l’enseignement du chant et de l’interprétation. Elle a un réel plaisir à partager des moments d’intimité et de recherche vocale avec des personnes qui ont, comme elle, le goût de s’exprimer différemment et de découvrir toutes les possibilités que leur offre leur voix. Marie-Claire a une expérience riche et une voix qui fait rêver : les gens qui la choisissent savent qu’ils sont privilégiés. D’ailleurs, elle a participé à plusieurs éditions du Festival de la chanson de Petite-Vallée, soit de 1995 à 2007, en plus de se joindre à l’équipe de l’École nationale de la chanson de Granby en 2002 comme professeur en interprétation.

Les ateliers qu’elle donne, que ce soit au Camp en chanson de Petite-Vallée ou que ce soit à l’École d’été de Mont-Laurier ou encore que ce soit au Cirque Éloize, sont, avant tout, pour elle, un privilège qui lui permet d’être en compagnie de personnes qui ont besoin de s’exprimer par la chanson et qui veulent approfondir le travail d’interprète. C’est la rencontre du texte et de la musique, d’une chanson qui naît et qui devient le partenaire principal de l’artiste sur scène. Marie- Claire propose d’explorer le corps en tant qu’instrument, elle invite les participants à une prise de conscience des imitations, ce qui conduit à un travail de dépouillement pour être soi. Cet enseignement, Marie-Claire le poursuit toujours d’année en année et c’est, pour elle, une façon de permettre à toutes ces voix de trouver leur propre son, leur propre voix…

Marie-Claire reçoit, au fil de sa carrière, l’un des prix les plus prestigieux qui soit : elle est nommée Artiste pour la paix 1995, cet hommage est rendu à un artiste qui, par son travail ou par son action, contribue à la tolérance et à la paix dans le monde.

Elle enclenche, en février 1999, une nouvelle période d’écriture qui donnera un spectacle magnifique, … et Butterfly. Elle invite les spectateurs à voyager avec elle dans différents univers féminins. Les commentaires sont unanimes : Marie-Claire Séguin touche droit au cœur et réaffirme son immense talent en tant qu’auteure, compositeure et interprète. L’album et le spectacle … et Butterfly sont lancés en 1999 et tous saluent cette œuvre audacieuse et originale … et Butterfly est présenté treize soirs à Montréal, à la Cinquième salle de la Place des Arts et au Théâtre Espace Go. Encore une fois, Marie-Claire parcourt avec … et Butterfly le Québec et le présente deux semaines à Paris, en novembre 2000.

En 2003, Marie-Claire Séguin nous revient avec un nouvel album et le spectacle Mille Traversées à Montréal et en tournée au Québec de janvier 2004 à l’été 2005.

Marie-Claire lance, de plus, en 2004, un livre pour enfants aux Éditions de la Bagnole intitulé Émilie la Mayou. La création lui fait prendre bien des chemins différents. Pour elle, les mots sont là pour se raconter, pour se toucher les uns les autres, petits et grands.

En 2004, elle ressent le besoin de faire de la musique et d’explorer pour le plaisir de la musique. Avec un ami, le musicien Jean-François Martel, et temps comme complice, ils ont tous deux commencé par une Villanelle du temps perdu et ils se sont pris au jeu… Les chansons de Gilles Vigneault se sont imposées à Marie-Claire, remontant de l’adolescence sur un ton de confidence et d’intimité…

De cette aventure toute intérieure émerge, ce mois-ci, le tout nouvel album, J’ai pour toi... Marie-Claire Séguin chante Vigneault. Treize titres soigneusement choisis dans l’immense répertoire, récent et plus ancien, de Gilles Vigneault : Complainte du lendemain, Maintenant, Si les bateaux, Chanson démodée, J’ai pour toi un lac ...

Marie-Claire Séguin nous offre, à nous, son public de toujours, ses compagnons de route, et à tous les jeunes d’aujourd’hui, un album à l’image de son humanité, de sa recherche poétique et de son talent. Tout y est douceur, finesse, esthétique et respect pour les mots du grand Gilles Vigneault qui, ému à la suite de l’écoute de cet album, a dit « ... Et voici mes chansons chantées par l’une des plus grandes voix de mon pays. Écoutez ça! »